Blog

LE CANNABIS POUR SOULAGER LA DOULEUR

LE CANNABIS POUR SOULAGER LA DOULEUR

 

Depuis des milliers d’années, les préparations à base de cannabis sont utilisées pour traiter la douleur. Ses utilisations ont été décrites, entre autres, comme analgésique lors d’opérations, comme anti-inflammatoire, comme antidote contre la goutte, contre la névralgie (douleur nerveuse), la migraine et les maux de dents, et aussi comme remède contre les crampes menstruelles douloureuses. Les mécanismes d’action des cannabinoïdes dans le traitement de la douleur ont fait l’objet de recherches approfondies et ont prouvé leurs effets remarquables à plusieurs reprises. L’inhalation de cannabis est souvent évitée car les effets sont de courte durée et doivent donc être administrés plusieurs fois. Le cannabis oral est généralement préféré car ses effets durent beaucoup plus longtemps et peuvent même traiter les douleurs chroniques.

Il a également été démontré que le THC réduit la douleur fantôme après une amputation. Plusieurs études ont comparé des patients souffrant de spasticité douloureuse après une lésion de la moelle épinière. Certains ont reçu 5 mg de THC, d’autres 50 mg de codéine et le groupe de contrôle un placebo. Le résultat a été que le THC et la codéine avaient une action analgésique supérieure à celle du placebo. Parmi les deux médicaments efficaces, le THC s’est avéré supérieur à la codéine et a réduit de manière significative la spasticité.

Une autre étude a montré que l’extrait de THC/CBD soulageait mieux la douleur chez 24 patients souffrant de symptômes neurogènes (douleurs nerveuses) que le placebo.

Un patient souffrant de douleurs abdominales et recevant 30 mg de morphine par jour pour l’analgésie a reçu 10 mg d’extrait de THC / CBD cinq fois par jour pendant six semaines. Le CBD contrecarre les effets psychotropes et de modification du comportement du THC. Les besoins en morphine et l’intensité de la douleur ont été mesurés dans la phase THC/CBD et dans la phase placebo. Le besoin de morphine a pu être réduit plusieurs fois dans la phase THC/CBD (p <0.001).

Une réduction importante de la douleur a été observée chez 10 patients atteints de cancer après l’administration de 5, 10, 15 et 20 mg de THC par voie orale, par rapport à un placebo. Chez 12 femmes, des doses d’extraits sublinguaux de THC de 2,5, 5 et 7,5 mg ont été administrées après une douleur postopératoire consécutive à une hystérectomie. Le soulagement de la douleur a été optimal après 2 heures et n’a pas duré plus de 3 heures. Lorsque le THC était administré sous forme de gélules, l’effet durait plus longtemps et, après six heures, seule la moitié despatientsavait besoin d’analgésiques supplémentaires.

D’une manière générale, il convient de mentionner que l’utilisation du cannabis comme analgésique a des effets secondaires tels que la somnolence ou la sensation d’euphorie, mais ceux-ci doivent être mis en balance avec les effets secondaires nocifs de la morphine, qui sont très différents.

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LA DOULEUR

La douleur est une perception sensorielle complexe qui, dans sa forme aiguë, est censée être une sorte de signal d’alarme pour l’organisme (douleur nociceptive). Si la douleur est chronique, elle résulte généralement d’une atteinte du système nerveux(douleur neuropathique) et constitue un tableau clinique distinct selon la médecine actuelle. La douleur est aussi souvent le résultat de troubles fonctionnels réversibles (par exemple, les migraines dues à une mauvaise régulation de la circulation sanguine).

La douleur elle-même est transmise dans le corps par les fibres nerveuses. Dans le cas de la douleur chronique en particulier, la personne affectée ne ressent pas seulement les symptômes qui agissent sur le corps, mais généralement aussi les dommages socio-psychologiques, qui peuvent complètement modifier le comportement de la personne en public. Outre la douleur chronique, un grand nombre de patients atteints d’un cancer avancé, par exemple, souffrent de ce que l’on appelle des crises de douleur, qui ont un impact majeur sur la qualité de vie. Ces formes d’accès de douleur peuvent survenir même si la prise en charge de la douleur est généralement adéquate.

La douleur est généralement traitée par des opioïdes (morphine, fentanyl et méthanone, par exemple) et des analgésiques non opioïdes (dérivés de l’acide salicylique, par exemple). Les médicaments adaptatifs (par exemple les antidépresseurs) sont également utilisés pour influencer la cause de la douleur. Le choix du médicament approprié est généralement personnalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top